Pleine conscience et bienveillance dans un monde complexe

Lorsque nous essayons de changer notre façon d’aborder la vie avec la pleine conscience et que nous commençons à développer une pleine conscience bienveillante, nos relations avec nous-mêmes et avec celles et ceux qui nous entourent sont transformées. Un sentiment de soulagement survient lorsque nous apprivoisons notre propre esprit et voyons nos relations sous un nouveau jour. Néanmoins nous pourrions nous sentir submergés par les défis complexes du monde moderne.

Le monde d’aujourd’hui peut ressembler à un véhicule en perte de contrôle. Qu'est-ce qui arrive à notre belle planète ? Pourquoi assistons-nous à tant de conflits, de colères et de rivalités ? Que pouvons-nous faire en tant qu'individu pour y changer quoi que ce soit ? Par où pourrions-nous commencer ?

Il me semble que le point de départ doit être la façon dont nous prenons soin de notre esprit. Notre expérience directe, à la première personne, est le seul point de départ de tout ce que nous percevons et de tout que nous faisons. Si notre expérience quotidienne est un terrain miné par des réactions émotionnelles incontrôlées et une rumination incessante, c'est comme conduire une voiture sans volant. Nous sommes les victimes des circonstances et de nos propres habitudes, avec très peu de liberté.

La pleine conscience 

Mon cours au sein d’Imagine Clarity « Fondations de la méditation » est conçu pour être un lieu de rencontre avec son propre esprit, en proposant une approche abordable qui permettrait à quiconque d’être réellement en contact avec ce qui se passe à l’intérieur.  J’hésite à dire que c’est un moyen de contrôler son esprit, car le processus est beaucoup plus doux : c’est plutôt un changement de perspective dans lequel il y a plus de clarté.

 Dès le début, j’insiste sur le fait que la pleine conscience ne devrait pas être un moyen de se détacher du monde en s’isolant dans une bulle confortable, mais un élément intégral d’un engagement, un processus que mon ami Matthieu Ricard appelle « la pleine conscience bienveillante ». Certains ont été grandement inspirés par le livre de Matthieu Plaidoyer pour l’Altruisme et par son insistance constante que l’altruisme dans tous les domaines est ce dont notre monde a besoin.

La bienveillance

Pour que notre pleine conscience soit réellement bienveillante, nous aurons besoin d’entrer en contact avec la tendresse naturelle de notre cœur. Ma deuxième série de méditations, « Réveillez votre cœur » est une méthode pour le faire, en utilisant notre propre vécu pour découvrir nos capacités cachées de compassion et de bonté. Tout le monde a eu un éclat d'amour altruiste, un moment de simple tendresse et de bonne volonté en présence de nos enfants ou d'un bon ami, et peut-être un moment de compassion spontanée en voyant la souffrance de ceux qui nous entourent et ce qui se passe dans le monde. Ce simple point de départ peut être le début d’un voyage magnifique.

 De nombreux amis qui méditent chaque jour, et qui essaient d'être plus attentifs et compatissants dans leur vie, ont remarqué un effet positif assez rapide sur leurs relations avec leur famille, leurs amis et leurs associés. Simplement en ayant plus de clarté et de liberté intérieure, il est possible d'exprimer son amour pour les êtres chers de façon plus saine, d'écouter les situations qui se présentent, et de prendre conscience du point de vue des autres.

Cependant, la vie est complexe. Nous portons tous, à notre manière, un passif considérable d'habitudes, de peurs, de blessures et de préjugés. Le travail sur notre propre esprit prend du temps. Les pressions et les attentes imposées par le monde moderne, et la trajectoire actuelle de ce monde que nous partageons, présentent une masse de problèmes apparemment insolubles. Même avec les meilleures intentions du monde, on peut facilement se sentir paniqué, impuissant ou débordé.

Se connaître

La série « Se connaître pour connaître le monde » propose des pistes de réflexion pour commencer à se libérer de la tyrannie des idées imposées qui nous dictent ce que nous sommes et ce que nous devrions être. Il est important de comprendre que le processus d’entraînement de l’esprit n’est pas une solution miracle pour pouvoir rester toujours dans notre zone de confort, mais un processus continu de découverte. Il y a du bonheur et aussi de la tristesse. Il y a une tendresse douloureuse face à la souffrance de ce monde mais aussi une appréciation de sa magie.

Le point de départ de tous ces cours est ce que chacun peut expérimenter et ressentir. Espérons qu'avec un peu plus de clarté et de compassion, nous pourrions développer un sentiment de liberté et que nous serons mieux équipés pour mener une vie véritablement riche de sens.

Et ensuite ?

Comment pouvons-nous traduire notre bienveillance en action ? Où pourrions-nous commencer ?

Nous pouvons déjà faire une différence autour de nous, dans nos relations avec les autres. Nous pouvons avoir la liberté intérieure d'écouter réellement les situations qui se présentent. Parfois, nous pouvons apporter une contribution positive et, bien sûr, parfois nous ne pouvons pas faire grand-chose. Mais lorsque nous sommes confrontés à des situations tragiques ou à une grande détresse, le simple fait d’être véritablement présent avec une certaine stabilité et un cœur aimant peut être en soi d’une grande aide.

En ce qui concerne l’action dans le monde au sens large, chaque personne doit voir de façon réaliste ce qu’elle peut faire. Notre attitude fait déjà une différence et influencera notre entourage. Nos gestes individuels pour respecter et prendre soin de notre planète endommagée sont au moins un point de départ. Au lieu de perdre notre énergie en pensant que nous ne pouvons rien changer, nous pouvons consacrer notre énergie à faire le maximum.

 « Vous ne pouvez pas passer une journée sans avoir un impact sur le monde qui vous entoure. Ce que vous faites fait une différence et vous devez décider quel type de différence vous voulez faire. » —Jane Goodall

 (Jane Goodall a vécu pendant des années parmi les chimpanzés en Afrique. Ses découvertes en tant que primatologue ont révélé l’ampleur de leur intelligence, de leur vie émotionnelle et de leur culture. Elle a maintenant 80 ans et milite pour le bien-être des animaux et pour l'environnement.)

Photo de Seattle par Nitish Meena